01 septembre 2012

Le PIB brésilien en rade, nuages durables sur l'économie ?

Et si le Brésil, eldorado annoncé pour les investisseurs de tous bords désespérément à la recherche de relais de croissance face à une Europe et une Amérique atones, n'était qu'un feu de paille, ou pire, un miroir aux alouettes ? Et si finalement l'année 2010 et les 7,5% de croissance qu'a connu la première économie d'Amérique Latine était l'exception, et non la règle ?

Le Brésil qui croît, oui, mais jusqu'à quand ? 

2011 et les 2,7% de hausse du PIB du Brésil avait déjà montré les premiers signes d'un essoufflement inquiétant de l'économie de la 6ème puissance mondiale (dépassant la Grande-Bretagne), qui avait réussi à donner le change grâce à une excellente tenue de la consommation intérieure, malgré -déjà- un niveau d'investissements très en deçà des besoins du pays (19% du PIB, vs 35% en Chine par exemple), en particulier pour pallier l'inquiétant déficit en matière de transports publics.

Et voici qu'en 2012, les mauvaises nouvelles ont succédé aux prévisions toujours plus pessimistes, au fur et à mesure que le premier semestre avançait : d'une projection de croissance initiale à 3,3%, on est passé à 2,9% en février, puis à 2,3% en juin...avant que les analystes ne découvrent l'ampleur des dégâts : l'IBGE a publié hier les chiffres de croissance du PIB pour le 1er semestre, atteignant un misérable 0,6% vs la première moitié de l'année 2011 !

Comment expliquer une performance aussi inquiétante pour un pays qui dispose pourtant d'un tel potentiel de croissance (population jeune, richesses naturelles abondantes, évènements majeurs dans le viseur -Coupe du Monde de Football en 2014, Jeux Olympiques en 2016...) ? La faute est à imputer principalement à un double phénomène :
- L'incapacité du pays à accélérer les investissements, publics comme privés : ceux-ci ont au global décru sur  cette première partie de l'année, s'établissant désormais à un petit 17,9% du PIB. Gangrénés par une bureaucratie effrayante et une corruption endémique, les investissements d'états (à travers les fameux PAC - Plan d'Accélération de la Croissance) sont systématiquement en retard sur les prévisions, et les effets d'annonce à coups de milliards de R$ ne suffisent plus à masquer l'incurie : on apprenait ainsi en juin (moitié de l'année donc) que seulement 15% des investissements prévus sur l'année 2012 avaient été exécutés ;
- L'essoufflement de la consommation intérieure du pays, moteur historique de la croissance (en progression constante depuis 35 trimestres, soit quasi 9 années ininterrompues de hausse), mais une consommation vérolée par un endettement inquiétant des ménages : de 25% en 2007 à...45% en 2012 ! Quand près de la moitié des revenus des ménages sont absorbés par les dettes avant même de commencer le mois, c'est que ça ne sent pas très bon !
Une bonne nouvelle néanmoins dans ce sombre tableau : le chômage, au plus bas depuis 10 ans, se maintient aux alentours de 5% de la population active (officiellement...).

Endettement des familles : le graphe qui fait peur ! 

Et la suite ? Elle semble morose au moins pour ce qui concerne 2012, avec une projection de croissance annuelle qui ne devrait pas dépasser les 1,3%. Pour 2013 et les années suivantes, les économistes, le ministre de l'économie, les patrons de banques se veulent rassurants, insistant sur le fait que le pays aurait touché le "fundo do poço" ("le fond du trou"). J'avoue que j'ai un peu du mal à souscrire aveuglément au scénario de la "retomada" (la "reprise"), les fondamentaux (investissements, industrie, consommation) ne me semblant encore une fois guère rassurants. Quand on sait que l'agriculture seule a contribué pour 70% de la croissance de ce premier semestre 2012, on se dit que le Brésil s'appuie sur jambe de bois qui peut craquer à tout instant. Bien sûr, on va me dire : et la Coupe du Monde ? Et les JOs ? Je crains que ça ne soit suffisant pour masquer durablement les défaillances de ce géant aux pieds d'argile...Et j'ai à peine parlé de l'assommante bureaucratie des affaires, faisant du Brésil un pays moins accueillant pour le business que la Bosnie, la Papouasie Nouvelle Guinée ou la Mongolie (rapport de l'IFC de janvier 2012) !

Et vous qu'en pensez-vous ? Le Brésil est-il à ranger parmi les miracles...ou les mirages économiques ? ;)

4 commentaires:

Thierry Roget a dit…

Il semble que tout ce que tu dis soit vrai, mais ici Balneario Camboriu, semble être un espèce de truc à part, où le luxe est de plus en plus présent. Le prix des appartements sont toujours exorbitants, les restaurant super pleins et de plus en plus de voiture de luxe dans la rue.
Et les restaurateurs augmentent toujours leurs prix juste avant noel avec un royal 15 à 25% et personnes ne rale. Moi qui aimé mager ma petite "anchova" à 19 real pour deux personnes il y a 5 ans, elle tourne maintenant à 39 voir 44 reals

ballestra a dit…

C'est malheureusement une triste réalité.
J'y pensais ces jours. Les deux grands évènements seront l'occasion pour rester encore 4 ans dans une tendance positive (même si pas comme avant), mais après? Le manque d'infrastructures, capitaux, compétence de gestion et surtout la super bureaucratie risquent bien de faire un grand saut dans le vide. Et j'y ajoute aussi le changement politique qui arrivera après Dilma, parce qu'elle aussi (même si gagne les prochaines élections) ne pourra pas rester très longtemps, et malheureusement c'est juste après les olympiades. Mais d'ici là, nous avons le temps de faire des bons business et s'assurer de cette façon une bonne position pour les moments difficiles.

Francis Dumaurier a dit…

Bonjour Antony,

Ayant vécu au Brésil pendant 5 ans où j'ai beaucoup voyagé de 1972 à 1977, j'espère que cette présentation aura le mérite de vous intéresser.

Comme plus de 1,300 personnes l'ont déjà fait, vous pouvez télécharger gratuitement sur le site xpatny.free.fr la version numérique illustrée de mon livre X-PAT NY qui décrit ma vie d'expatrié à New York où je vis depuis 35 ans en travaillant dans le monde du spectacle.

Une présentation vidéo de ce livre vous est aussi offerte sur Facebook et Youtube en cliquant sur les liens suivants:
Facebook : http://www.facebook.com/pages/X-Pat-NY/163549310446697#!/pages/X-Pat-NY/163549310446697
Youtube : http://www.youtube.com/watch?v=OzmfV7vvgVw

Vous pouvez lire les articles parus dans les deux magazines francophones numériques :
"French Morning" à http://frenchmorning.com/ny/2012/08/15/etre-expat-cest-trouver-son-chemin/
"Le Petit Journal" à http://www.lepetitjournal.com/homepage/expat/126770-itineraire-francis-dumaurier-de-montmartre-a-manhattan.html

Je vous souhaite une bonne lecture de mon récit en espérant qu'il vous plaira et que vous saurez alors recommander son lien xpatny.free.fr à vos amis, proches, et contacts professionnels.

Je vous en remercie d'avance.

Cordialement,

Francis Dumaurier

Terres de France a dit…

Et oui la mondialisation peut avoir de bons effets comme des mauvais

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...