06 décembre 2010

Fluminense, champion du Brasileirão : les raisons d'un succès

Le championnat national do Brasil vient de s'achever en apothéose pour le doyen des clubs de Rio : le Fluminense FC a en effet obtenu à l'arrachée (à l'issue d'une difficile victoire 1 à 0 contre le déjà relégué Guarani, but de l'ephémère rennais "O Sheik" Emerson) son deuxième titre de champion national, 26 ans (!) après l'unique taça remportée par les Washington et Assis (le frère de Ronaldinho). Le titre national reste donc la propriété de Rio (mon Flamengo ayant été sacré champion l'an dernier, un lointain souvenir désormais pour une équipe ayant flirté avec la rélégation toute l'année et qui termine 2010 à une triste 14ème place...), répétant la même histoire qu'en 1983-1984 (Fluminense succédant à Flamengo).  
Le Flu champion du Brésil, saison 2010
Le Cruzeiro de Belo Horizonte termine le championnat second, à deux points du Flu, en dépassant sur le fil les infortunés Corinthians (du sumotori Ronaldo), qui n'avait pourtant quasiment pas quitté l'une des deux premières places de la saison.

Même si mon coeur rubro-negro saigne de voir l'un des grands rivaux de Fla l'emporter cette année (encore que, c'est un moindre mal, ce n'est pas non plus Vasco l'honni qui est titré !), force est d'avouer que ce deuxième titre (que les torcedores du Flu voudraient transformer en troisième, incluant l'ancienne Taça de Prata obtenue en 1970...avant la création du Brasileirão) est finalement mérité, et ce malgré la rude concurrence orchestrée par les paulistas corintianos -qui disposaient d'après moi du meilleur effectif du pays, avec Elias (déjà recruté par l'Atlético de Madrid), Jucilei, Jorge Henrique, Bruno César, Dentinho ou Ronaldo donc. Mérité car le Flu n'a pas quitté non plus les deux premières places  depuis la 6ème journée du championnat, dans un véritable mano a mano avec les Corinthians, occupant tout de même 18 fois (sur 38) la tête du championnat.

Comment expliquer qu'un club moribond l'année dernière, n'ayant miraculeusement échappé à la degola (descente) qu'en toute fin de championnat, soit aujourd'hui sacré champion brésilien ? Le miracle tient en trois noms selon moi : Conca, Muricy Ramalho et Celso Barros.

# Dario Conca est tout simplement le meilleur joueur du Brasileirão depuis deux saisons maintenant. Tout à la fois meneur de jeu, buteur (9 buts cette saison) et passeur décisif (à 16 reprises !), il a réussi l'exploit de faire oublier aux tricolores qu'il était argentin (énorme rivalité entre les deux frères ennemis du continent !), à tel point qu'une campagne a été lancée pour qu'il soit naturalisé brésilien et puisse jouer avec la Seleção, lui qui à 27 ans n'a pas eu encore l'honneur de revêtir la tunique albiceleste de l'Argentine (Maradona puis Batista ont-ils du caca devant les yeux ??). Il a simplement été stratosphérique cette saison, en participant de surcroît à l'intégralité des 3.420 mn (38 journées fois 90 minutes) du championnat ! Il est en fin de contrat l'année prochaine, et s'il privilégie de continuer à jouer pour le Flu, il devrait faire l'objet d'un siège appuyé de la part des grands clubs européens durant l'intersaison (voire dès le mercato de janvier)...
Conca à cheval dans l'Engenhão hier soir ! 
# En remportant son 4ème titre en 5 ans (après le triplé obtenu avec le São Paulo FC de 2006 à 2008), Muricy Ramalho a confirmé son statut de meilleur entraîneur actuel du championnat brésilien. Arrivé en début de saison du côté de Laranjeiras (le quartier de Rio où siège le club tricolor), il a progressivement diffusé de la confiance et du talent dans l'équipe, et a planté une banderille quasi définitive à la fin juillet, en refusant de reprendre la Seleção abîmée par Dunga le bourrin, faisant alors d'une pierre deux coups : statut d'idole auprès de tout ce que la terre comporte de supporters de Flu (bon ils ne sont pas si nombreux non plus ;), et coup de Jarnac subtil  au principal rival, les Cortinthians de São Paulo...puisque l'heureux élu à la tête de l'équipe nationale fut finalement Mano Menezes...jusqu'alors entraîneur en chef de la plus populaire équipe paulista !

# Dernier "pilote "du succès du Flu (mais pas le moindre), Celso Barros est le président de la mutuelle de santé carioca Unimed, mais aussi (et surtout) le généreux sponsor de l'équipe tricolor depuis 1999 -année lamentable où Fluminense fut bien près de disparaître du paysage footeux brésilien, en descendant alors en 3ème division !  C'est que le Celso en question est un tricolor apaixonado et doente (soit un supporter dingue de son équipe), et qu'il n'a pas lésiné depuis 12 ans en matière d'investissement financier dans le club ! Et en particulier cette année, où il est le sponsor maillot principal, achète un paquet de panneaux autour des stades où joue le Flu, et plus fort encore, où il paie directement de la poche de son entreprise (!) quelques-uns des salaires les plus importants du club (ainsi ceux de Muricy l'entraîneur, du toujours blessé et ex-lyonnais Fred ou encore du luso-brésilien Deco, ex-grand joueur et actuel pas grand-chose, il faut bien le dire...). Cette Celso-dépendance a d'ailleurs quelque chose de vraiment malsain : le nouveau président du Fluminense, le jeune avocat Peter Siemsen, est un simple affidé à Barros, qui est le vrai dirigeant en coulisses du club...
Celso Barros et son petit Fred
Bravo donc au Fluminense pour ce titre (ça me pèse de le dire...). 2011 sera une autre année, la dernière de Ronaldo en tant que joueur  (il veut absolument gagner la Libertadores 2011 avec les Corinthians pour clôre sa glorieuse carrière), l'occasion aussi pour le Flu de laver un noir souvenir, la défaite en finale de cette même Libertadores en 2008, aux penalties, dans un Maracanã plein et desespéré. Mais 2011 sera aussi et surtout l'année de la rédemption pour mon Flamengo, de retour au sommet après une saison toute pourrie ! Vamos mengão !

13 commentaires:

Alexis a dit…

"Mense"! Je me souviens avoir chanté ça au mois d'août dernier... C'était la première fois que j'allais au Maracanã!
Lors de mon voyage à Rio de 15 jours, je voulais voir un match dans ce stade. Par chance, je suis tombé sur un derby de la ville : Vasco/Flu. Et, puisqu'il fallait bien choisir une équipe à supporter, un peu au hasard j'ai choisi Fluminense pour je-ne-sais-plus quelle raison... Peut-être que le premier vendeur de drapeau était tricolore? Ou qu'une horde de supporter derrière moi ne semblait pas beaucoup aimer Vasco... haha.

J'avais été impressionné par un stade plein à craquer, par l'ambiance, les chants (justes!) des supporters, le rythme du match... (ça m'a changé de Gerland... ou du chaudron, hein Antony^^). J'en garde un très bon souvenir!

Forcément, je suis content que le Fluminense remporte le championnat! Ton article donne l'envie de se plonger davantage dans ce championnat brésilien, assez méconnu en France. Peut-être un jour il sera vu comme autre chose qu'un simple vivier de talents des clubs européens. De grands noms du football peuvent peut-être attirer les lumières vers ce championnat comme Gronaldo, Fred ou Deco. D'ailleurs, ce dernier qui est tricolore a vraiment le galon de star au Flu : les tribunes scandaient "ih, fudeu, o Deco apareceu"... Je n'ose pas traduire ;)

Antony a dit…

Cher Alexis
Je suis malheureux que tu n'aies pas pu assister à un match de mon Mengão, tu aurais senti la différence de ferveur et de passion avec ce pauvre public tricolor ;)Evidemment, les supporters du Flu sont quand même plus actifs que ceux du tombeau de Gerland, mais ont quand même du mal à lutter face à mes verts ! ;)
A très bientôt sur Rio j'espère ?

Anonyme a dit…

Antony DUMAS, 41 ans, marié, deux enfants...carioca d'adoption ! et surtout agent de la DGSE !

Antony a dit…

Mais non cher Anonyme pas du tout ! Que me vaut donc l'honneur d'être cité parmi les éminents membres de l'institution DGSE ?

Anonyme a dit…

Embassy Diplomatic Cables from wikileaks ! maintenant que la position est decouverte, la mutation vers une autre zone geographique est proche ! Russie ? Coree ?

Antony a dit…

Sacré Wikileaks ! Pas le dernier quand il s'agit de faire des blagues le Julian ! ;)

Philippe a dit…

Salut.

Tu aurais pu dire que la plupart des supporters de Flamengo sont rentrés chez eux après l' invasion du Alemâo...tsss...

On ne pourra jamais comparer l' équipe de truands (Bruno), de sniffeurs( Adriano) ou de traficants ( Love) avec l' élite de Rio..

Encore une correction: En 84,Assis n' étais pas le frère de Ronaldinho. C' est un homonyme...

Saudaçôes tricolores e tricampeâs. playboy

Stéphanois? Race en extinction..

Antony a dit…

Salut Philippe
Je vois que ça tacle sévère c'est bon ça !
Si on part dans cette voie :
1. Flu n'est officiellement pas tri mais bien bicampeão : le titre de 70 n'est pas reconnu par la CBF. Ca fait quand même 3 fois moins de titres que mon Mengão Hexacampeão, mais c'est vrai c'est pas mal pour une "timinho" comme tes tricolores ;
2. Je te rappelle que ton Flu est seulement invité dans le Brasileirão, puisqu'ils n'ont pas joué la série B en 2000, après être descendu en série C (un grand club, ça ?). Donc au final ça fait un seul vrai titre pour le Flu, celui de 1984...
3. Tu n'aimes pas les clubs populaires, ceux qui font rêver au-delà de 10 pékins scotchés sur la orla de Leblon ? Bah, tu dois au moins être supporter de l'OL en France ;)
Allez rendez-vous dans 26 ans pour un éventuel autre titre (en mode invité) du Brasileirão :)
Abs

philippe a dit…

Salut cocorico. Je suis né heureusement en Suisse et non pas en terres de Sarko. Donc, pas de regrets. Je ne suis que Fluminense, modéle d' organisation dans les années 40, ce qui lui a valu la coupe Olympique ( Fluminense est le seul club dans le monde à l'avoir). Elle est exposée dans le musée olympique de la ville ou j' habite désormais: Lausanne. Avec mon ami personnel, le nouveau président Peter Siemsen, Fluminense reviendra a ses jours de gloire;

Un "flamenguista" ne pourra jamais comprendre que on ne peut pas mesurer la valeur, le talent, l' intelligence par la "quantité", mais par la QUALITE. A quoi bon avoir des millions de supporteurs et n' avoir pas de stade? N'importe quelle équipe en Anglettere, Italie, Espagne avec cette foule serait milliardaire. Mais flamengo est le chaos, le désordre des bidonvilles, l' incivilité, notre contraire, quoi..;

Si tu tiens vraiment aux chifres et à l' histoire, saches que la CBF ne reconnait non plus fla comme champion de 1987, quand vous avez perdu par WO. Le champion est le Sport Club de Recife. ça en fois déjà 1 en moins...hehe;

Ne repettes pas la sotise des médias sportives brésiliennes. Fluminense a ganhé la série C et participerait de la série B mais il y avait d'autres interessés qui ne voulaient pas rétrograder en serie B cette année là. Comme la CBF ne voulait pas s'en méler ( voire juridique), ce sont les clubs du Clube dos 13 qui ont dirigé le tournoi et l' ont appelé COPA JOAO HAVELANGE. Fluminense a été invité. EN 1970, Le tournoi avait aussi un autre nom: Roberto Gomes PEDROZA et FLU a été sacré champion. J'ai des Infos que la CBF le reconnaitra d'ici peu.;

Populaire? Flamengo est populiste! Club d'élite du 19eme siecle, il s' est brillament rapproché des plus pauvres parcequ'il n' avait pas de stade ( il aurait pu rester jouer à L' Aterro, ça lui irait mieux). Fondé en 17 novembre, ses dirigeants ont anticipé la date au 15 pour la confondre avec le congé du jour de la République. Homophobes, l' essai de fonder la FLA-Gay ( inutile de nier, vous êtes les plus nombreux dans toutes les classes socio-economico-sexuelles...) a été braqué au forceps. Avant Zico, Fla n' avait jamais gagné en dehors de Rio, national ou international.;

Rendez-vous dans 26 ans? Je te demmande sincèrement de comparer l' avenir de nos 2 équipes. Non, je ne veux pas que tu déprimes...

Publies ce commentaire si tu veux. Excuse-moi l' impolitesse de venir te dire deux mots sur ton blog et félicitations pour les mots à l' égard du nouveau champion brésilien. Dés que je serais à Rio, je te contactes pourqu' on se dispute un FLA-FLU in-loco.

à plus..

Antony a dit…

Sans rancune Philippe ! ;) C'est vrai que c'est pas le championnat suisse qui peut exciter les foules, tu as raison de te "concentrer" sur le Brasileirão, même si tu n'as définitivement pas choisi la bonne équipe ;) J'attends de tes nouvelles quand tu viens à Rio.
Abraços

Henri a dit…

Pardon, je me mêle! Au sujet de votre discussion...
Dernières nouvelles: CBF vient de reconnaitre (cet après-midi) le titre de 1970 de Fluminense et d´autres de Palmeiras, Santos, Cruzeiro, Botafogo et Bahia.
L´addition est salée pour Flamengo, dépassé par Santos (et oui Pelé tu connais) et Palmeiras (ici on les reconnait comme L´Académie). Alors Santos et Palmeiras avec 8 titres, São Paulo avec 6 titres, Flamengo avec 5 (même si TV Globo insiste; voir YouTube), Vasco avec 4, Fluminense 3, Botafogo 2 pour ne parler que des clubs de Rio. Du reste, vous parlez de l´année prochaine? Ça me fais rigoler. Ton premier joueur pour 2011 est nommé Fernando (il y était déjà en 2010 et n´a pas joué). Rendez-vous d´ici un an. P.S: "Gosto não se discute, mas falta de gosto se comenta muito", pas besoin de traduction car nous sommes latins. Un frouze parmis les urubus; il faut vraiment le faire. Tchau. Henri

Anonyme a dit…

Il manque un comparatif des differentes cachaca disponible chez Zona sul ! Antony qu'attends tu pour nous rediger ce rapport ?

Antony a dit…

Excellente idée...Etienne ? :)

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...