04 mai 2010

"Les deux Brésils", courrier des lecteurs de O Globo...

Je vous ai déjà fait part de mon attachement tout particulier à la rubrique "Courrier des lecteurs" de la presse en général, du premier quotidien national brésilien, 0 Globo, en l'occurence, qui offre un regard sur le pays dénué des précautions oratoires empruntées par les journalistes, exprimant de manière "brute" le ressenti quotidien (certes parcellaire, ce ne sont que quelques messages parmi tant d'autres opinions potentielles) des habitants de notre Brésil d'adoption.

Ainsi, pour tamiser mes envolées laudatives d'hier envers le Brésil, je laisse la parole à Rubem Paes, habitant de Niteroi, de l'autre côté de la baie de Guanabara, pour une missive intitulée "Les deux Brésils" :

"Nous vivons dans deux Brésils : l'un est virtuel et l'autre est réel. Dans le Brésil réel, la Police Militaire séquestre des personnes, nous avons peur de sortir dans la rue par crainte d'être attaqués ou à cause des balles perdues, nous n'avons pas confiance dans nos institutions (la police, les mairies, les hommes politiques, les transports..), nous croisons des enfants abandonnés et des mendiants dans les rues, les hôpitaux ne fonctionnent pas avec un minimum de décence, la population souffre du faible niveau des transports publics, la qualité de vie de la plupart des habitants est déplorable. Ce que nous voyons dans les rues nous rend tristes et honteux. Il suffit de pleuvoir pour que des dizaines de personnes meurent. Dans l'autre Brésil, le virtuel, le gouvernement montre des statistiques flatteuses sur son excellent travail, fait des campagnes publicitaires à la télévision et à la radio en nous présentant un pays ou tout fonctionne à merveille, la sécurité des citoyens est assurée et la qualité de vie digne du Premier Monde (ie Europe, Etats-Unis...). Juste un petit détail : nous citoyens n'avons pas appris à vivre dans un monde virtuel."

4 commentaires:

Raphael C a dit…

Oui terrible réalité que ce deuxieme monde au Bresil!

Mais malheureusement je crois qu'il existe l'équivalent en France ou aux US!!

Au moins, les brésiliens du monde virtuel se plaignent beaucoup moins que leurs homologues français! peut-être justement car ils sont beaucoup plus en contact avec ce deuxième monde et connaissent leur chance.

raphaete a dit…

Bonjour Anthony
Je viens de découvrir ton blog suite à mon passage sur expat.jesaisplustropquoi....
Je vis au Brésil depuis 12 ans, mais à Sampa....
Comme le dit Raphael C, les brésiliens se plaignent beaucoup moins que leurs homologues français c'est clair ! les brésiliens nous donnent tout les jours de bonnes leçons d'humilité... moi le Brésil, ça m'a changé... je pars au Canada dans deux mois et laisserai derrière moi ces douze merveilleuses années dans ce pays magnifique et optimiste...
Ate breve !

les 5 de a dit…

Bonjour,
Ancienne expat au Brésil je reconnais ces 2 mondes mais je vis la même chose en Bulgarie ( Le soleil en moins )avec 2 mondes réels parallèles celui des retraités qui touchent 60€ par mois et fouillent les poubelles pour survivre et celui des "moutras"( personnage mafieux corrompu ...oups pléonasme !) qui ont des Bugatti Veyron à 1 500 000€ le tout baigné par un gouvernement virtuel pour qui tout va bien !!!!!!!!!!

Antony a dit…

Merci pour vos commentaires à tous. @Raphael, évidemment que les inégalités et la violence ne sont pas l'apanage du Brésil, mais tu conviendras qu'elles sont plus criantes ici que dans notre vieille Europe. A titre d'exemple, le taux d'homicide du Brésil est 33 fois plus élevé (!) que celui de la France. Alors oui, "la misère est peut-être moins pénible au soleil", mais ce dernier ne doit pas nous rendre aveugle ;)

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...